Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 19:18

Plaidoyer pour la deuxième personne du pluriel

Dans une époque d’aplatissement des esprits et de nivellement par le bas, toute tentative de préservation d’un certain style et formalisme est destinée à subir les foudres et les moqueries des individus qui se veulent paladins du « cool » et du decontracté. Ainsi, les attitudes pretendues "simples" et " relax " finissent par cacher un désolant manque de goût et d’éducation.

Ainsi, nous voici dans notre bataille d’arrière-garde (ou d’avant-garde car, vue l’extrême mutabilité des choses qui nous entourent, nous risquons de nous retrouver en avance sur les temps, tel Phileas Fogg dans sa course autour du globe).  Nous allons charger, tel la Brigade Légère, contre l’un des dogmes les plus solidement ancrés : le tutoiement.

Cette marque de confidence et d’intimité est devenue  maintenant un passe-partout. Malheur à celui qui, emprisonné d’un un open-space, oserait s’adresser à ses semblables en utilisant le vous ! Le tutoiement fonctionne aussi dans les rapports hiérarchiques, sans que cela ne traduise pas une meilleure entente et une plus forte communauté de vues et d’esprit. Notre expérience nous enseigne que dans les « petites boites sympas » (pour citer les chroniquers  "cool") l’ambiance est souvent plus lourde que dans un groupe ou une institution régis par un peu plus de formalisme.

  bonnes-manieres-lart-baisemain-L-2

Evidemment, le tutoiement demeure naturel dans le cercle des affects et de la famille, mais en dehors il fait le même effet qu’un accessoire porté au mauvais moment. Si on voulait comparer le « tu » à un vêtement, ce serait un jean porté autrement que pour se promener à la campagne où lors d’un week end particulièrement détendu.

Le « vous » est donc un efficace rempart contre plusieurs maux : il empêche toute dérive de fausse camaraderie, impose une certaine réserve dans les propos, élimine le risque de ponctuer la conversation de grossièreté et de blagues salaces. Il sous-entend une certaine politesse en s’adressant à autrui. Une réprimande en « vous » sera hautement plus marquante, tandis que l’éloge bénéficiera  tout de suite d’un aura plus solennel. Enfin, et ce n’est pas le moindre des mérites, la limitation de l’inflation du « tu » lui redonnera toute sa valeur et il retrouvera toute sa force symbolique de marque d’une certaine proximité du cœur et de l’esprit, ce qui aurait du être et demeurer.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de unregardunpeuconservateur.over-blog.com
  • : Tout ce qui frappe mon esprit et suscite ma réflexion et stimule ma plume. Une opinion sérieuse ou légère, jamais grave. Politique, littérature, économie, le tout interprété par un regard un peu conservateur.
  • Contact

Profil

  • Un conservateur éclairé
  • Diplômé en Sciences Politiques, banquier de profession et historien par passion.
Politiquement conservateur mais trop libre d'esprit pour être un homme de parti.
  • Diplômé en Sciences Politiques, banquier de profession et historien par passion. Politiquement conservateur mais trop libre d'esprit pour être un homme de parti.

Texte Libre

Recherche

Liens