Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 19:33

Long live our noble Queen

queenElisabeth II d’Angleterre fête ses soixante années de règne. La Grande Bretagne et le monde entier chantent les louanges de la souveraine : vive la Reine !

Vive la Reine, donc, et pas seulement dans un élan sentimentalo-légitimiste à la Barbara Cartland. Vive la Reine en hommage à la tradition politique, monarchiste et démocratique de l’Angleterre. Si, dans un temps non lointain mais révolu, des milliers des gens de foi communiste se retournaient vers l’URSS comme vers une patrie idéale et chantaient l’Internationale comme hymne universel, pour nous, qui ne faisons pas mystère de notre préférence pour la monarchie parlementaire, l’Angleterre est et demeure notre exemple resplendissant et « God save the Queen » est notre chant de ralliement.

Curieuse histoire, par ailleurs, celle de cet hymne. Comme il est souvent le cas pour certains airs anciens ayant désormais une renommée mondiale (tel « Greensleaves », qui parfois est attribué à Henry VIII), ses origines sont obscures, mais n’est-il pas le propre de la royauté de se nourrir de légende ?   Le copyright n’étant pas certains, nous savons pourtant que, une fois popularisé par la dynastie des Hanovre, successeurs des Stuarts sur le trône et dont la lignée se termina avec Victoria, sa carrière prit l’envol même au delà des iles britanniques. Les patriotes républicains des Treize Colonies américaines n’hésitèrent pas à le jouer dans leurs cérémonies, et cela bien d’années après l’Independence des Etats Unis (voir la scène initiale de « The bostonian » de James Ivory). L’Empire du Tsar en fit, sur des paroles russes, évidemment, son hymne national, l’Empire Allemand aussi, jusqu’à 1918. Si nous songeons à la violente confrontation entre Angleterre et Allemagne lors de la Première Guerre Mondiale,  cette communauté musicale ne peut que laisser que rêveurs.

Mais revenons à la Reine et à la Monarchie, et analysons la portée politique de l’événement. Qu’elle soit gouvernée par les Travaillistes ou les Conservateurs, l’Angleterre bénéficie toujours d’un chef de l’Etat impartial, au dessus des luttes de pouvoir. Quoi qu’il arrive, la nation est toujours unie. En France, cela n’est qu’illusion. Nonobstant les déclarations successives à chaque élection présidentielle, le clivage que celle-ci instaure conditionne la vie politique et génère un curieux paradoxe.  La France républicaine est en effet une monarchie élective  à durée déterminée et une soi-disant « présidence normale » n’y changera rien. Et, en plus, une monarchie élective à durée déterminée n’a aucun sens : seul le fait de faire abstraction des convulsions politiques la justifie et en sauvegarde la pérennité.

Poussons encore plus loin l’analyse politique. Après la fièvre de l’élection présidentielle, où les français se sont joyeusement écharpés verbalement entre eux, un incroyable désintérêt entoure l’échéance législative de dimanche prochain. Pourtant, il s’agit là de l’occasion la plus importante, dans une démocratie parlementaire, offerte aux citoyens pour élire leurs représentants et assurer le jeu démocratique de la majorité et de l’opposition. Voilà donc la différence fondamentale entre le Royaume Uni et la France.  Le Royaume Uni, monarchie héréditaire, vit au rythme politique des élections législatives, lorsque les sujets de Sa Gracieuse Majesté envoient leurs représentants siéger à Westminster : alors les journaux se déchainent et les pubs s’enflamment. En France, depuis l’introduction du quinquennat, l’élection présidentielle précède d’un mois celle législative, avec l’effet d’épuiser l’attention des électeurs pour la chose publique et reléguer le choix des parlementaires à un statut d’événement de deuxième catégorie, aggravé par le fait qu’il se tiendra en même temps qu’une compétition sportive plutôt populaire. La passion politique française se focalise donc sur l’ancestrale lutte des chefs au détriment de la représentativité parlementaire.

Sur le constat de cette différence fondamentale de civilisation politique, nous posons la plume et allons boire une délicieuse tasse de thé spécialement infusé pour le Jubilée de Sa Majesté.

God save the Queen !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de unregardunpeuconservateur.over-blog.com
  • : Tout ce qui frappe mon esprit et suscite ma réflexion et stimule ma plume. Une opinion sérieuse ou légère, jamais grave. Politique, littérature, économie, le tout interprété par un regard un peu conservateur.
  • Contact

Profil

  • Un conservateur éclairé
  • Diplômé en Sciences Politiques, banquier de profession et historien par passion.
Politiquement conservateur mais trop libre d'esprit pour être un homme de parti.
  • Diplômé en Sciences Politiques, banquier de profession et historien par passion. Politiquement conservateur mais trop libre d'esprit pour être un homme de parti.

Texte Libre

Recherche

Liens